top of page

Effet de la distorsion du sabot sur les problèmes musculosquelettiques


Aujourd'hui, j'aimerais vous parler des pieds de votre cheval. Malheureusement, c'est un sujet encore très sensible, car presque tous les chevaux que je consulte ont une déformation du sabot qui doit être traitée pour que le cheval puisse bénéficier pleinement de mes services.


Pour pouvoir faire ce qui est le mieux pour le cheval, je dois toujours évaluer la biomécanique de l'individu et je constate toujours qu'un pourcentage élevé de ces chevaux ont de nombreux problèmes de pieds différents ; la majorité étant des orteils longs causant une défaillance caudale, ou le syndrome du talon haut/bas, des talons contractés, des chaussures serrées, des fissures, etc.


J'ai toujours su qu'il existait une corrélation directe entre les pieds et les effets de la biomécanique, ainsi que des ramifications souvent méconnues sur les performances, telles que des problèmes d'ajustement de la selle, des déséquilibres musculaires et des changements de posture.


Tous ces éléments peuvent entraîner une perte de performance et sont une source potentielle de boiterie. Lorsqu'il y a asymétrie du corps ou des membres, il y a compensation. Cette compensation entraîne des changements posturaux. Lorsqu'il y a des changements posturaux, le mouvement est affecté. Lorsque le mouvement n'est pas symétrique, les performances et, à terme, la santé du cheval en pâtissent. De nombreux propriétaires de chevaux savent instinctivement que leurs chevaux ne sont pas "tout à fait corrects". Il existe un lien entre la déformation des sabots et les problèmes musculo-squelettiques de la partie supérieure du corps.


Un mauvais ferrage/parage modifie lentement les sabots des chevaux. Ils altèrent également l'intégrité même des structures à l'intérieur du sabot qui ont été conçues par la nature pour supporter le poids énorme de ce grand animal en mouvement.Le corps tolère remarquablement bien l'asymétrie de la plupart des structures. Notre travail en tant que propriétaires de chevaux, praticiens, vétérinaires, maréchaux-ferrants et cavaliers est d'être capables de reconnaître où la tolérance asymétrique cesse et où les changements pathologiques et les dommages commencent.


Les distorsions les plus courantes que je vois :

  • Le syndrome du talon bas et du talon haut aussi connu comme Le syndrome haut/bas (crédits d'image : The Equine Documentalist)


Il est assez fréquent que les chevaux aient des paires d'avant-pieds mal assorties. Lorsque le pied le plus bas semble être le "pied à problème", la plupart des gens qualifient le cheval de haut/bas ou font référence à ce pied comme étant atteint du syndrome du talon sous le sol ou du syndrome haut/bas. D'autres diront que le cheval "ne peut pas faire pousser le talon", alors qu'en fait, il y a un excès de longueur de talon - il pousse simplement vers l'avant, au lieu de descendre vers le sol. Comme l'explique le Dr Ridgeway : Les effets du syndrome haut/bas sur la posture et les performances du cheval. Un parage et/ou une ferrure appropriée, combinés à un travail corporel et à une équitation adaptée, restent la clé de la santé.Une prise de conscience importante a eu lieu lorsque l'on a reconnu que le syndrome peut altérer considérablement la forme de l'épaule et du dos. L'altération de la posture et de la forme de l'épaule et du garrot crée des problèmes d'adaptation à la selle. La posture du cheval qui en résulte affecte non seulement le placement de la selle, mais aussi la posture et l'équilibre du cavalier et, en fin de compte, sa santé.


  • Les talons contractés (crédits d'image : Equine therapeutic Farriery)


Dans le cas d'un pied aux talons contractés, le pied, divisé comme précédemment, aura moins de surface dans la région du talon, les talons seront beaucoup plus rapprochés et la fourchette sera atrophiée. Les talons contractés ont été définis comme un rapport entre la longueur et la largeur de la fourchette. Lorsque la largeur de la fourchette est inférieure aux deux tiers de sa longueur, on parle de talons contractés (Turner, 2006).

Les talons contractés peuvent résulter d'une douleur chronique au talon dans laquelle les talons n'ont pas été sollicités normalement. La contracture du talon peut également être observée dans les pieds bots en raison d'une sous-charge mécanique de la région du talon. Les talons contractés doivent être distingués des talons affaissés. La contracture du talon peut devenir une source secondaire de boiterie, en aggravant le degré de boiterie, ce qui entraîne le cycle de l'atterrissage anormal, du dysfonctionnement du pied et de la boiterie.


  • L'angle palmaire négatif (crédits d'image : Equine therapeutic Farriery)

On parle d'angle palmaire négatif lorsque la pointe de P3 (également appelée : os du coffin, phalange distale, troisième phalange ou os de la pédale), située dans la capsule du sabot, s'incline vers le haut. Le terme palmaire est utilisé lorsque le phénomène affecte les membres antérieurs du cheval et le terme plantaire lorsqu'il s'agit des membres postérieurs.Normalement, on parle d'angle palmaire positif lorsque P3 pointe légèrement vers le bas. Mais il existe aussi des cas où l'os est parallèle au sol ou pointe vers le haut ! Un angle palmaire négatif est souvent associé à des talons bas et à des pieds plats. Ce positionnement de P3 peut entraîner des tensions musculaires et tendineuses, des problèmes biomécaniques et articulaires, des boiteries, voire le syndrome naviculaire.




Pourquoi la douleur se développe-t-elle d'abord dans la zone du sabot arrière ?

Le pied est reconnu comme une source fréquente de boiterie. De nombreuses études ont estimé que la région du talon représente à elle seule plus d'un tiers de toutes les boiteries chroniques chez le cheval.


Il n'est donc pas surprenant que la seule région du corps du cheval en contact permanent avec le sol soit la plus exposée aux traumatismes et aux blessures. Le pied reçoit les forces initiales générées lors de l'impact au sol.


Un pied sain amortit considérablement les vibrations générées lors de l'impact au sol. La région du talon en particulier est conçue à cette fin et abrite les structures les plus responsables de l'absorption des chocs, telles que la fourchette, le coussin digital, les cartilages collatéraux, les barres et un système vasculaire étendu. Toutes ces structures travaillent en harmonie pour absorber et dissiper les chocs. Par conséquent, pour que le talon puisse s'acquitter de cette tâche, il doit disposer de structures saines et pleinement fonctionnelles.


À des vitesses plus élevées, lorsque l'absorption des chocs est la plus nécessaire, le talon doit entrer en contact avec le sol en premier. Les phases de la foulée et la séquence de mise en charge du pied doivent être un modèle coordonné de contact avec le talon, de mise en charge, de retour au sol, etc.


Les chevaux qui posent les orteils en premier n'utilisent pas le talon pour absorber les chocs et, par conséquent, présentent souvent des problèmes de boiterie dans la partie supérieure du membre. Les chevaux aux talons bas et aux orteils longs semblent avoir tendance à se poser sur les orteils en premier. En effet, c'est là que se trouvent toutes les structures de tissus mous à l'intérieur de la capsule du sabot qui ont été conçues pour agir comme nos talons et pour absorber le poids de l'atterrissage de la foulée.


Ces structures étonnantes remplissent la moitié arrière du sabot, l'os de la pédale P3 se trouvant devant elles au niveau de l'orteil.


En fonction de la race, de l'âge du premier ferrage et de la capacité des personnes qui ferrent le cheval par la suite à équilibrer les sabots, la déformation peut se produire très rapidement ou lentement sur plusieurs années, mais elle se produira. La déformation du sabot provoque une douleur au talon caudal et le fait de l'éviter est souvent le premier symptôme que les propriétaires remarquent vraiment. Un léger manque d'impulsion, puis une réticence à atterrir après un saut, ou le fait que le cheval essaie de ramper dans les pentes. Finalement, le cheval présentera une boiterie vague ou un pas court.


Le sabot se déforme soit en avançant et en s'affaissant et en devenant plat, soit en se contractant au niveau des talons et en devenant plus raide. Le type de déformation dépend généralement de la forme du sabot propre à la race.


Les chevaux de race pur-sang et les races dont les os du pied sont plus larges ont tendance à souffrir de sous-course, de talons longs et bas et d'orteils longs et avancés. De nombreux chevaux que l'on croyait atteints du syndrome naviculaire présentent en réalité des douleurs caudales dues à la déformation de leurs sabots. Tous les cas de syndrome naviculaire présentent un certain degré de déformation du sabot !


Le cheval compensera pour éviter les douleurs aux pieds !

Si vous avez vous-même mal au pied et que vous marchez et restez debout en évitant toujours la zone douloureuse, vous constaterez au bout d'un certain temps que vous avez des problèmes secondaires tels qu'un mal de dos ou de hanche.


Continuez à ajuster votre posture pendant de nombreuses années et, à terme, cela entraînera même des changements dans des domaines aussi éloignés de votre blessure et parce que vous finirez par porter votre tête inclinée, pour compenser l'épaule inclinée qui compense la hanche inclinée qui vous permet de soulager le poids de votre pied douloureux.


Pour identifier les chevaux souffrant de douleurs aux sabots, il est tout d'abord nécessaire de déterminer quelle est la position naturelle confortable du cheval !

Posture normale : Qu'il s'agisse d'un jeune poulain ou d'un vieux cheval, il doit être capable d'utiliser pleinement les muscles de son avant-main et partiellement ceux de son arrière-main. En d'autres termes, le cheval doit être à l'aise pour se tenir dans une charge carrée égale des quatre pieds.


Des sabots bien équilibrés....

Les structures du pied doivent avoir une forme et une disposition spatiale adéquates pour fonctionner correctement. De nombreux pieds présentent des talons bas et des orteils plus longs, ce qui déséquilibre le pied. Cela déséquilibre le pied, l'articulation du cercueil est placée plus vers l'arrière du pied, ce qui augmente la charge sur la région du talon et crée un long levier d'orteil, ce qui augmente la tension sur le tendon fléchisseur digital profond et peut contribuer ou exagérer un atterrissage sur les orteils en premier.


Certains pieds ont naturellement un talon bas et des orteils plus longs et ne peuvent être rendus normaux, mais ils peuvent être gérés et aidés par le parage et le ferrage. Les orteils roulés, les orteils à bascule, l'ajustement des talons avec un soutien adéquat et le maintien du centre de la surface d'appui du pied sont autant de moyens de compenser.


L'état du sol est également un facteur important. Un sol trop mou ou trop dur peut interférer avec la dynamique de la charge des membres. Idéalement, le sol doit être suffisamment mou pour permettre à la pointe du pied de s'enfoncer, comme la montre l'empreinte d'un pied dans un champ d'herbe. Une surface trop molle sollicite davantage les structures des tissus mous, tandis qu'une surface de marche trop ferme peut provoquer des contusions au niveau du pied et, d'une manière générale, une usure plus importante de la colonne osseuse. La gestion est également importante pour la prévention. La manière dont le pied entre en contact avec le sol et se charge affecte la santé du pied ainsi que les structures qui se trouvent au-dessus de lui.


Les modifications importantes de la forme de la capsule du sabot sont connues sous le nom de distorsions et sont le résultat de schémas de charge anormaux à long terme. Parmi les exemples de distorsions de la capsule du sabot, on peut citer les évasements, le déplacement des bandes coronaires, l'évasement de la paroi du sabot, les fissures, les talons cisaillés, les talons contractés, les talons sous-courants et les talons affaissés. Une charge anormale peut consister en une surcharge ou une sous-charge d'une région du pied. Une charge anormale peut résulter de la conformation, des pratiques de parage et de ferrage et d'une boiterie.


Le parage et le ferrage peuvent contribuer à redistribuer la charge et à améliorer ou à résoudre les distorsions de la capsule du sabot.


Bien que la conformation du cheval adulte ne puisse être modifiée, les techniques de parage et de ferrage peuvent changer le point de contact avec le sol, la répartition du poids pendant la phase de chargement et diminuer l'influence du tendon fléchisseur digital profond sur la distorsion de la capsule du sabot.


Lorsque le cheval est pieds nus, le déséquilibre médial/latéral peut être traité plus fréquemment et mieux contrôlé que lorsque le cheval est ferré pendant six ou huit semaines.


Dans les cas de latéralité, ainsi que dans tous les autres facteurs d'asymétrie de la hauteur du talon, la gestion est améliorée par un travail d'équipe. Le travail du maréchal-ferrant devient plus efficace lorsqu'il utilise des thérapies intégratives telles que le massage, l'acupuncture, la libération myofasciale, le laser, les techniques ostéopathiques ou chiropratiques. N'oubliez pas les visites régulières chez le dentiste, car les pieds influencent aussi les dents !

19 vues0 commentaire

コメント


bottom of page