OSTEOPATHIE EQUINE

La pratique de l’ostéopathie animale est reconnue pour les non vétérinaires depuis le 23 juillet 2011, grâce à la parution au Journal Officiel de la nouvelle ordonnance 2011-862 du 22 juillet 2011. L’article L243-3, alinéa 12, mentionne que « Dès lors qu’elles justifient de compétences définies par décrets, les personnes réalisant des actes d’ostéopathie animale, inscrites sur une liste tenue par l’Ordre Régional des Vétérinaires et s’engageant, sous le contrôle de celui-ci, à respecter des règles de déontologie définies par décret en Conseil d’Etat » peuvent pratiquer légalement l’ostéopathie animale.

Cette avancée majeure a été obtenue par l’association OAE (Ostéopathes Animaliers Européens) à la suite de négociations entre cette dernière, le Ministère de l’Agriculture et le Conseil National Supérieur de l’Ordre des Vétérinaires.

Quand faire appel à un ostéopathe équin ?

Il faut savoir qu’une séance d’ostéopathie peut être aussi bien bénéfique pour un cheval de sport que pour un cheval de loisir. Elle est aussi bénéfique pour les chevaux âgés qui sont souvent victimes de l’arthrose mais aussi pour les poulains. Quand ils sont jeunes leur bassin n’est pas totalement ossifié, il y a davantage de cartilage et s'ils chutent, il faut intervenir rapidement autrement il peut y avoir un décalage au niveau du bassin qui restera à vie.

Le but de l’ostéopathie c’est avant tout de redonner du mouvement dans toutes les articulations aussi bien osseuses que viscérales afin que l’animal n’ait aucune contrainte mécanique et donc aucune douleur.​

On distingue 3 catégories majeures de difficultés chez les chevaux : 

1) Les chevaux qui ont des difficultés à effectuer certains mouvements. Un blocage ostéopathique peut contraindre le cheval à ne plus effectuer certains mouvements correctement comme par exemple :
 

  •      Des difficultés dans le rassemblé

  •      Un cheval qui se traverse tout le temps et qui n’arrive pas à marcher droit

  •      Des difficultés dans les déplacements latéraux

  •      Un cheval qui s’incurve mieux d’un côté que de l’autre

  •      Un cheval qui a dû mal à s’engager

  •      Un cheval qui se déporte toujours à droite ou à gauche d’un obstacle au moment du saut…

2) Les chevaux qui boitent. Une boiterie antérieure peut être provoquée par un blocage de garrot ou cervicales mais le plus souvent c’est de l’ordre du vétérinaire. Une boiterie postérieure peut être provoquée par un blocage de bassin ou au niveau lombaires. C’est plus souvent des boiteries ostéopathiques.

3) Les chevaux qui ont des problèmes viscéraux : Si un cheval a un problème rénal, cela peut être provoqué par un blocage de la deuxième vertèbre lombaire qui entretient cette pathologie.

 

Un blocage articulaire peut donc avoir des répercussions au niveau :

  •  locomoteur

  • comportemental

  • viscéral

Nous suivre

  • Facebook Social Icône
  • Instagram

​© 2019 par Cheval en Forme