LA THERAPIE  STRUCTURELLE 

La thérapie structurelle équine est basée sur un système d'évaluation et de thérapie par le biais de plaines fondamentales de mouvement et de restauration de l'équilibre tensoriel. 

Cette méthode utilise une approche clinique de l'évaluation du corps équin. En donnant une grande attention à la biomécanique équine suivie de l'application de différentes méthodes manuelles et physiothérapeutiques vérifiées pour équilibrer la métrique des structures des tissus mous du corps - rétablissant ainsi un équilibre corporel naturel.

Il est important de garder à l'esprit que, comme nous, le corps équin n'est pas complètement symétrique, et que la compesation peut entraîner un déséquilibre tensoriel dans le corps qui conduit à une pathologie. Dans certains cas, un plan de réhabilitation à long terme doit être appliqué pour rétablir l'équilibre fonctionnel du corps.

La thérapie structurelle utilise un mélange de thérapies telles que :

LE MASSAGE

Le massage vise à diminuer les douleurs musculaires (crampes, courbatures, spasmes musculaires, petits nœuds musculaires), mais aussi à réduire les problèmes articulaires et les pathologies conséquentes à une lésion de l'appareil locomoteur.

 

  • LE MASSAGE SPORTIF                          

Le massage Sportif n’est pas une technique de massage en soi, mais bien une « approche » qui consiste en l’application de différentes techniques de massage qui ont pour but d’améliorer la performance et la récupération, ainsi que de diminuer les risques de blessure, de favoriser la guérison et de favoriser un état de bien-être.

 

  • LE MASSAGE THÉRAPEUTIQUE                   

Le massage thérapeutique est une thérapie  visant à soulager ou guérir une pathologie d'ordre physique ou psychologique. Ce massage est recommandé pour traiter un myopathie. L'amyotrophie est un terme médical qui désigne une atrophie musculaire, une diminution du volume du muscle. Elle concerne plus spécifiquement les muscles striés squelettiques, qui sont les muscles sous contrôle volontaire. Ce type de massage serait normalement recommandé par votre vétérinaire.

LA THERAPIE CRANIO-SACRAL

La Thérapie Crânio-Sacrée - TCS (du latin cranium et sacrum) est une technique manuelle douce qui permet de détecter et de corriger des déséquilibres pouvant se traduire par des troubles de la perception, de la motricité ou de la pensée.

Il s’agit d’une forme de traitement manuel qui fait appel aux mouvements rythmiques du liquide céphalorachidien (cérébrospinal), dans lequel baignent le cerveau et la moelle épinière, notamment au niveau du crâne et du sacrum, ce mouvement servant de base à la manipulation thérapeutique.

 

  • LES ORIGINES DE LA TCS

Cette discipline est née aux Etats-Unis d'Amérique il y a plus d'un siècle sous l’égide de W.G. Sutherland (ostéopathe).

W.G. Sutherland (1873–1954) était intrigué que les os temporaux du crâne fussent biseautés "comme les ouïes d'un poisson" d'une manière conçue pour permettre du mouvement.

  • LE SYSTEME CRANIO-SACRE

Le système crânio-sacré est en fait le ‘milieu interne’ du système nerveux central, indispensable pour le développement, la croissance et le fonctionnement de tout le système nerveux. Dans le cadre de la relation qu’entretient le système crânio-sacré avec les autres systèmes physiologiques, comme la respiration, la circulation sanguine, le système nerveux, les systèmes endocrinien et musculosquelettique, des influences mutuelles s’opèrent. Le système crânio-sacré est un système physiologique constitué de structures osseuses liées au système des membranes durales intra et extra-crâniennes, le liquide céphalorachidien ou liquor cerebrospinalis (LCS) et les structures responsables de la production, de la circulation et de la résorption de ce LCS.

  • LE RYTHME CRANIO-SACRE

Dans le système crânio-sacré et les tissus conjonctifs s’opère un mouvement appelé rythme crânio-sacré. Ce rythme est indépendant de la respiration et de la pulsation cardiaque et est palpable partout sur le corps. Le Dr. John Upledger a démontré notamment, avec une équipe d’autres scientifiques, la relation entre ce rythme et le mouvement biomécanique du système crânio-sacré. Les changements de tension dans ce système fascial entraînent également des changements dans la conduction du rythme, à l’origine de nombreux problèmes dans chacun des systèmes précités. La thérapie crânio-sacrée permet au corps, grâce à la détente obtenue dans le système fascial, dont le système des membranes durales est un élément central, de retrouver l’équilibre perdu.

  • LA TECHNIQUE CRANIO-SACREE

Elle considère le corps comme une unité fonctionnelle, qui englobe également l’esprit. Toutes les structures du corps sont directement ou indirectement reliées par les tissus conjonctifs. Ces tissus conjonctifs (fascia) peuvent être considérés comme une sorte de drap dans lequel sont enveloppés le crâne, la moelle épinière, tous les organes, les os, les muscles, les articulations, les vaisseaux sanguins et les nerfs. Les restrictions au niveau des tissus conjonctifs peuvent donc provoquer de nombreux problèmes à de nombreux endroits de l’organisme. Ainsi, les problèmes dans la nuque peuvent trouver leur origine au niveau du cou, mais aussi ailleurs dans le corps. Le tissu conjonctif offre au corps résistance et protection, mais également une mobilité adéquate. Pour vivre, nous devons pouvoir bouger.

  • LA CAPACITE D’AUTOGUERISON

Chaque organisme possède une capacité d’autoguérison, particulièrement bien visible dans le cas d’une blessure, par exemple. Normalement, le corps fait en sorte que la blessure cicatrise. Mais dans le cas d’un accident, d’une maladie, d’une opération, d’un stress ou d’une mauvaise alimentation, la capacité d’autoguérison du corps peut être affaiblie, et ce dernier peut avoir besoin d’aide pour régler le problème. Le praticien crânio-sacré offre cette aide complémentaire pour relancer le processus d’autoguérison du corps et de régler les problèmes au niveau des tissus.

  • BLOCAGES DANS LE SYSTEME CRANIO-SACRE

La méthode crânio-sacrée est conçue pour éliminer les blocages dans le système crânio-sacré afin que les os du crâne et les méninges retrouvent leur liberté de mouvement naturelle et que le mouvement rythmique soit restauré. Les os du crâne sont les contreforts durs des méninges. En les utilisant comme ancrages, on peut exercer une influence sur l’ensemble du système crânio-sacré. En plaçant précisément et doucement les mains sur le crâne ou sur n’importe quelle partie du complexe crânio-sacré, un praticien expérimenté peut sentir le rythme avec ses mains, et ainsi détecter et traiter les parties ou les zones où se situent les blocages.

 LA THÉRAPIE MYO-FASCIALE

Cette pratique manuelle a pour objectif le relâchement du « fascia » ou tissu myo-fascial, soit l’enveloppe composée de fibres élastiques et de collagène qui relie et entoure l’intégralité des tissus du corps du cheval.

Libérer les fascias relâche les tensions et donne de l’espace au muscle ce qui lui permet de mieux bouger et par le fait même diminue la douleur associée à la raideur. Une sensation de relâchement et de libération ou encore l’amélioration de l’amplitude de mouvement est souvent constatée dès la première séance. Les techniques de thérapie myofasciale peuvent être incluses dans le plan de traitement de physiothérapie conventionnelle comme toute autre modalité ou encore constituer l’essentiel de la séance, selon les besoins.

  • LES GRANDS PRINCIPES

Les fascias sont une membrane de tissu conjonctif tout comme les tendons et les ligaments. Ils ne possèdent pas de contours définis et relient les éléments anatomiques entre eux. Bien qu’encore souvent méconnus du grand public, ils sont observés et mis en évidence pour la première fois en 1800 par Bichat puis en 1936 par Salomon. Constitués principalement de collagène leur donnant un aspect gélatineux. On les divise en 3 couches reliées entre elles : la couche superficielle (présent directement sous la peau), profonde (au niveau du cou, du thorax, de la cavité abdominale et pelvienne) et la couche méningée (principalement intracrânien et constitué de la dure mère, la pie mère et de l’arachnoïde).

Cette fine membrane fibreuse est translucide, malléable et enveloppe l’ensemble des structures corporelles : les muscles, les os, les artères, les organes. Ils servent de matrice, de support au corps humain. On les retrouve partout dans le corps assurant une certaine continuité entre les différents systèmes. Les fascias sont innervés et vascularisés, et permettent également – grâce aux fibres tubulaires- de laisser passage au liquide lymphatique. C’est pourquoi il est important d’avoir une approche thérapeutique à leur égard. Lors de traumatismes, de mauvaises positions, de dysfonctions, ou de stress… les fascias vont avoir tendance à se rétracter, à perdre de la visco-élasticité. Cette perte de mobilité (on parle d’ « adhérence ») et cette diminution du glissement des structures entraîne une altération de la vascularisation et des apports liquidiens pouvant être pourvoyeur de douleurs aiguës ou chroniques, de crampes musculaires, troubles digestifs, névralgies, céphalées, fatigue...

Au fur et à mesure des années la recherche à permis de démontrer les capacités de contraction des fascias. Ces dernières pourraient augmenter les tensions corporelles. La présence de capteurs sensitifs au sein des fascias à permis de démontrer que le fascia serait davantage sensible à la douleur que le muscle.

 

  • LA FASCIATHERAPIE DANS LE DOMAINE DU SPORT

Comme expliqué précédemment, les fascias possèdent une grande adaptabilité et réagissent aux contraintes et tensions. Ils réagissent très bien au mouvement et leur sollicitation peut permettre d’acquérir de la souplesse. Toutefois un exercice trop intense ou mal réalisé peut aboutir à des blessures ou douleurs. Les adhérences et rétractations des fascias pourront être diminuées par des mobilisations ou des pressions au niveau des zones douloureuses ou retrouvées denses à la palpation.

La fasciathérapie peut se retrouver très utile lors de tendinites, de capsulite ou de fasciite plantaire (fibrose du fascia de la voute plantaire). Lors de traumatismes, tels que l’entorse  exemple, les fascias vont avoir tendance à se rétracter impactant la bonne circulation des liquides (liquide lymphatique pouvant créer un œdème). La fasciathérapie se révèle être une alliée privilégié afin de retrouver une qualité tissulaire correcte et une mobilité dans l’articulation touchée plus rapidement.

Plus les fascias sont travaillés, plus ils réagissent à la sollicitation et plus ils gagnent en élasticité. Cet avantage permet au sportif de gagner en souplesse et mobilité, ce qui à terme conduit à des performances augmentées.

LA THÉRAPIE NEURO-CINETIQUE

La thérapie neuro - cinétique est basée sur le principe que lorsqu'une blessure s'est produite, certains muscles se ferment ou deviennent inhibés, forçant d'autres muscles à devenir surmenés. Ce modèle de compensation peut créer de la douleur ou de l'oppression. En appliquant une légère pression à laquelle le client résiste, le praticien peut évaluer la force ou la faiblesse de chaque muscle, révélant les sources de blessure et rééduquant le corps du client pour supprimer les schémas de compensation - reprogrammant le corps au niveau neuralCet approche stimule le corps et l'esprit pour résoudre la douleur. 

 

UN PROGRAMME DE RÉÉDUCATION DE LA PROPRIOCEPTION ET RÉÉDUCATION DES TISSUS MOUS

 

En fonction de l'état de votre cheval, et afin de faire progresser vos chevaux après la consultation, vous recevrez un programme de rééducation détaillé.

Comment préparer le cheval pour le rendez-vous ?

  • Veuillez brosser votre cheval avant le massage, des oreilles aux sabots. Si nécessaire, des frais de toilettage seront appliqués.

  • Si possible, l'application de produits anti-mouche aidera le thérapeute en gardant le cheval coopératif. 

  • Assurez-vous d'informer votre thérapeute des médicaments que votre cheval pourrait prendre, de tout traitement et si votre cheval a eu une blessure récente, un gonflement ou si votre cheval est soumis à des restrictions de votre vétérinaire.

  • Une séance dure environ 1 à 3 heures, parfois plus en fonction de la réactivité de votre cheval.

  • Préparez-vous à promener votre cheval à un rythme rapide pendant 10 minutes. Préparez donc un espace ouvert. C'est un must après un massage.

  • Votre présence est requise lors du premier massage afin de tenir votre cheval. Après le premier massage de votre cheval, il est possible de l'attacher en licol.

  • Veuillez prévoir un endroit calme pour le massage de votre cheval.

Notez s'il vous plaît que je ne peux pas voir votre cheval si:

  • Votre cheval a des signes de fièvre​

  • Votre cheval est sous  choc

  • Votre cheval a les maladies de la peau (à l'exception de l'épaississement de la peau laissé par l'eczéma chronique

  • Votre cheval a un cas d'apoplexie

  • Votre cheval a des abcès ou des tumeurs

Nos techniques sont reconnues par
iaamb-logo_11_orig.jpg
icva-logo-copy_2_orig.jpg
Membre d'IEBWA_edited.jpg